Photo à la Hune

La mésange à tête noire est en péril

Il faut trouver des sous pour sauver Pen Duick !

  • Publié le : 19/09/2018 - 16:22
il faut trouver des sous pour sauver pen duick

Premier de la longue lignée des Pen Duick et enfant chéri d’Eric Tabarly, Pen Duick (comme l’appellent les puristes qui ne donnent jamais de numéro à celui-là) vient d’entrer aux fameux chantiers du Guip, à Brest, pour y subir une restauration jugée urgente et indispensable par les spécialistes afin de sauver cette légende navale en péril.
Actuellement géré par une association d’amis de l’ex-«idole des houles» mais resté propriété de la femme d’Eric, Jacqueline, et de sa fille, Marie, ce cotre aurique dessiné par William Fife Junior et construit en Irlande en 1898 , avait subi en 1952 un premier refit complet organisé par Eric Tabarly lui-même qui avait alors utilisé l’âme en bois du voilier éreinté de son père, en guise de moule, pour en extraire une réplique parfaite en polyester. De 1983 à 1989, Pen Duick avait subi une seconde restauration totale aux chantiers Labbé de Saint-Malo.
«Il fallait absolument sauver le bateau de mon mari et je n’ai pas honte de faire la manche pour cela, explique Jacqueline Tabarly. Je sais que Pen Duick est le voilier mythique de ceux qui aiment la voile, et même de beaucoup d’autres français. C’est leur patrimoine, donc je me sentais autorisé pour faire appel à eux».
«Ces travaux, qui sont énormes, coûteront plus de 600 000 euros et Eric, qui y pensait souvent, n’avait pas pu les faire de son vivant, déclare encore Jacqueline Tabarly. Je sais que je ne naviguerai plus sur ce voilier mais j’en suis la propriétaire, donc la responsable morale. C’est donc à moi qu’il revient de faire la manche. J’assume !»
«La coque de Pen Duick étant à refaire totalement, nous allons utiliser la même méthode qu’Eric à l’époque. En partant de l’âme en polyester, nous allons refaire une coque à l’identique en verre-époxy» explique de son côté Louis Mauffret, responsable de ce projet aux chantiers du Guip.
«Pour l’instant, nous avons complètement déshabillé le bateau. Il est à poil ! Nous allons d’abord lui faire une peau extérieure. Puis nous lui fabriquerons une peau intérieure. Ensuite, nous referons les vaigrages et les membrures qui seront en frêne. On ne touche pas au pont, qui avait été refait en 2005, mais nous allons recentrer le mât qui, bizarrement, ne l’était pas parfaitement» précise Louis Mauffret.
«Comme l’avait déjà fait Eric, nous allons donc conserver l’âme de ce bateau mais il sera plus raide, à l’avenir. Donc il naviguera mieux» ajoute ce charpentier de marine. «Pen Duick était classé monument historique depuis 2016 mais cette restauration, bien que profonde, ne changera absolument pas l’esprit du voilier».
Toute peine méritant salaire, Jacqueline Tabarly et quelques anciens amis de son mari disparu au large de l’Ecosse en 1998 alors qu’il effectuait justement une manœuvre sur ce Pen Duick, ont décidé de lancer un appel aux dons afin de financer une partie de ces travaux estimés à près de 650 000 euros, plusieurs collectivités publiques ayant déjà annoncé leur participation à hauteur de 400 000 euros.
Un site internet a d’ailleurs été créé à cet effet, en guise de plate-forme de crowdfunding :
https://www.gwenneg.bzh/fr/PenDuick

Les tags de cet article